Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel de Chimay Ecole Supérieure Nationale des Beaux-Arts

L’hôtel de Chimay Ecole Supérieure Nationale des Beaux-Arts


17 quai Malaquais – M° Saint-Germain-des-Prés

6e arrondissement

Egalement appelé hôtel de la Bazinière, Grand hôtel de Bouillon ou hôtel de La Pagerie, l’hôtel de Chimay abrite aujourd’hui les ateliers de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

JPEG - 51.6 ko
L’hôtel de la Bazinière - Coupe transversale
Gravure de Jean Marot

Un premier hôtel est bâti en 1635 pour Macé 1er Bertrand de La Bazinière, trésorier de l’Epargne. Entre 1653 et 1658, l’architecte François Mansart est chargé par Macé II Bertrand de La Bazinière de modifier l’édifice. Il semble que l’architecte Antoine Le Pautre ait achevé ces travaux. Cet hôtel nous est connu par des gravures de Jean Marot. Il s’agit d’un vaste hôtel en U, construit entre cour (sur le quai Malaquais) et jardin (à l’arrière).

En 1665, la demeure est habitée par Henriette de France, sœur de Louis XIII. En 1681, Godefroy de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, en fait l’acquisition. Son épouse, Anne Mancini, nièce du cardinal Mazarin, y habite jusqu’à sa mort en 1714. Elle fait exécuter des travaux d’embellissement par Charles Le Brun et André Le Nôtre.

JPEG - 45.7 ko
L’hôtel de Chimay - La façade sur cour
©paris-promeneurs

Entre 1740 et 1756, l’architecte François Debias-Aubry est chargé de reconstruire l’édifice pour le compte de Charles-Godefroy de La Tour d’Auvergne. Si la composition d’origine est conservée, l’ensemble de l’hôtel est reconstruit. Les façades présentent de grandes baies rectangulaires cintrées ou en plein cintre. Les garde-corps et le balcon sont dotés de belles ferronneries finement ciselées.

En 1808, l’Empereur Napoléon 1er donne l’hôtel à Stéphanie Tacher de La Pagerie, cousine de l’Impératrice et épouse du 7e duc d’Aremberg. Une partie des décors est refaite dans le style Empire. Il subsiste au rez-de-chaussée trois salles datant de cette époque.

En 1852, la demeure est rachetée par Joseph de Riquet (1808-1886), prince de Chimay, qui lui laisse son nom actuel. En 1883, l’hôtel est acheté par l’Etat qui le transforme en ateliers pour les étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, installée dans l’ancien couvent des Petits-Augustins.

La façade sur le quai est malheureusement dénaturée par la présence des grandes verrières des ateliers au niveau du comble.

Pour l’architecte François Mansart, voir également l’hôtel de la Vrillière, l’hôtel de Guénégaud, l’hôtel Carnavalet, le couvent des Feuillants, la Bibliothèque nationale, le monastère du Val-de-Grâce, le couvent des Minimes, le temple de la Visitation Sainte-Marie.

Pour l’architecte Antoine Le Pautre, voir également l’hôtel de Beauvais, le passage Choiseul, l’abbaye de Port-Royal.

Pour l’architecte François Debias-Aubry, voir également l’hôtel de Villeroy, l’hôtel de Brienne, l’hôtel Thoinard, l’hôtel du Tillet de La Bussière.

Source :
- Saint-Germain-des-Prés et son faubourg, Dominique Lebogne, Parigramme, 2005.


17 quai Malaquais – M° Saint-Germain-des-Prés

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites du Paris pittoresque
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris