Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > Le Procope

Le Procope


14 rue de l’Ancienne-Comédie – M° Odéon

6e arrondissement

Fondé en 1686 par l’italien Francesco Procopio, le Procope est l’un des plus vieux cafés de Paris. Il fut fréquenté aux XVIIe et XVIIIe siècles par les artistes et les hommes politiques.

Le Procope
©Le Procope

Le Procope est un café fondé en 1686 par le sicilien Francesco Procopio del Cortelli. Le bâtiment sert jusqu’alors d’établissement de bains. Procope aménage le rez-de-chaussée en un luxueux salon décoré de tapisseries, miroirs, mobilier, lustres de cristal.

Le café Procope sert à ses clients un café « à la turque », des liqueurs, des vins capiteux et des douceurs. Mais ce sont les spécialités italiennes qui vont faire son succès : fruits confits, eaux de gelée et glaces aux fruits, alors inconnues en France. Innovant, Procope a l’heureuse idée d’afficher la presse du jour autour d’un poêle central.

L’établissement va bénéficier de la proximité de la Comédie Française installée en face dans le Théâtre Royal. Il devient très vite un foyer artistique où se rencontrent acteurs, spectateurs, critiques.

Le Procope
©paris-promeneurs

Au XVIIIe siècle, le café devient un haut lieu de la vie intellectuelle. On y croise Voltaire, Rousseau, Diderot, Chamfort, Rivarol. Lorsqu’il dirige l’édition de sa célèbre Encyclopédie dans les années 1740, Diderot transforme le Procope en véritable salle de rédaction où il rassemble les auteurs de ce vaste ouvrage.

A l’approche de la Révolution, l’établissement devient le foyer de la vie politique : le Club des Cordeliers est tout proche (se réunissant au couvent des Cordeliers), Marat et Danton sont des habitués du Procope. Le projet d’attaque du Palais des Tuileries le 10 août 1792 (qui provoquera la chute de la monarchie) aurait été organisé dans ce lieu.

Le Procope
©Le Procope

Au XIXe siècle, le Procope entame un lent déclin. Après des fermetures successives, il rouvre en 1957 et retrouve une clientèle qui aime y venir dîner dans un décor historique. Des documents évoquant la Révolution, un bicorne ayant appartenu à Bonaparte, la table préférée de Voltaire (au 1er étage) participent au mythe du lieu.

Source :
Dreyfuss (Bertrand), Guide du promeneur 6e arrondissement, Paris, Parigramme, 1994.
Leborgne (Dominique), Saint-Germain des Prés et son faubourg, évolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 2005.


14 rue de l’Ancienne-Comédie – M° Odéon

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris