Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > Le Paradis Latin

Le Paradis Latin


28 rue du Cardinal-Lemoine – M° Jussieu – Tel : 01 43 25 28 28

5e arrondissement

Ouvert en 1889, le Paradis Latin est le plus ancien music-hall parisien. Encore aujourd’hui, il présente des revues qui rencontrent toujours un grand succès.

Le Paradis Latin : l’entrée

Un théâtre ouvert sous le Consulat

En 1803, le consul Napoléon Bonaparte fait ériger un théâtre rue des Fossés Saint-Victor (actuelle rue du Cardinal-Lemoine), baptisé le Théâtre Latin. L’établissement devient vite à la mode. Il est fréquenté par une clientèle hétéroclite : artistes, bourgeois, intellectuels, étudiants, ouvriers, commerçants et aristocrates aimant s’encanailler.

En 1889, la jeune République française s’apprête à accueillir l’Exposition universelle, qui fêtera le centenaire de la Révolution française. Un nouveau théâtre est construit à la place du Théâtre Latin et inauguré en janvier 1889.

Le Paradis Latin : la mezzanine

La naissance du Paradis Latin

L’architecte du nouvel établissement n’est autre que Gustave Eiffel, constructeur de la tour Eiffel qui sera inaugurée pour l’Exposition universelle de 1889. Pour stabiliser les fondations des colonnes métalliques de sa structure soutenant une coupole  , Eiffel s’appuie sur les ruines de l’enceinte de Philippe-Auguste situées sous terre.

Pour varier les plaisirs, la nouvelle salle, rebaptisée Paradis Latin, met en place une programmation plus diversifiée : opérettes, aux ballets et autres « excentricités ». Le succès est immédiat avec notamment le ballet « Les Bleuets » et les chansons d’Yvette Guibert, qui deviendra la première star internationale française. Les directeurs ont ensuite l’idée originale de faire appel à des acrobates, équilibristes, jongleurs, contorsionnistes, montreurs d’ombres chinoise : le premier Music-Hall parisien est né.

Le Paradis Latin : la structure Eiffel redécouverte au moment des travaux de démolition

Le déclin du Paradis Latin

Au début du XXe siècle, l’épicentre des divertissements change de rive et se déplace à Montmartre. L’attractivité du paradis Latin décline. Le lieu finit par être racheté par un faïencier-verrier, Charles Lejeune, qui y installe un four et un atelier de bouchage.

La Renaissance du Paradis Latin

En 1973, un promoteur, Charles Kriegel, rachète l’immeuble afin de le transformer en appartements. Au fil des démolitions de cloisons et faux plafonds, il redécouvre alors la structure métallique Eiffel, des affiches, des morceaux de décor, des colonnettes, les arceaux, les chapiteaux   et même la coupole   peinte à la gloire de la pantomime, de l’opérette, du ballet et des excentricités. Changement de programme : Kriegel, impressionné par la magie des lieux, décide finalement de faire renaître le mythique Paradis Latin. La salle rouvre en 1977.

Son directeur artistique est Jean-Marie Rivière, l’homme qui a ouvert en 1968 l’Alcazar à Saint-Germain-des-Prés, un établissement où sont programmées des revues « à plumes ». La première revue, à la fois poétique et burlesque, s’intitule « Paris Paradis ».

En 1987, le nouveau paradis Latin fête ses 10 ans en grand pompe avec la populaire Line Renaud qui remonte sur scène pour interpréter « Feeling », le succès mondial qu’on connaît, écrit à l’origine par son mari, le compositeur Loulou Gasté. En 1995, Charles Kriegel passe la main à Sidney Israël et son fils Harold. Aujourd’hui, le Paradis Latin continue d’enchanter son public avec la revue « Paradis à la Folie   ».

Voir la programmation sur www.paradislatin.com

Pour l’ingénieur Gustave Eiffel, voir également la tour Eiffel, le Laboratoire Aérodynamique Eiffel.

Source :
www.paradislatin.com


28 rue du Cardinal-Lemoine – M° Jussieu – Tel : 01 43 25 28 28

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris