Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel de Chalais ou hôtel de Sainte - Aldegonde

L’hôtel de Chalais ou hôtel de Sainte - Aldegonde


102 rue du Bac -M° Rue du Bac

7e arrondissement

L’hôtel de Sainte-Aldegonde est une belle demeure du début XVIIIe siècle conservant de somptueux décors intérieurs de style rocaille  .

L’hôtel de Sainte-Aldegonde : la façade sur rue
©paris-promeneurs

Un hôtel particulier construit sous la Régence

Cet hôtel particulier a été bâti avant 1720 sous la Régence. Son élégante façade sur rue comporte seulement trois travées. Trois arcades en plein cintre englobent le rez-de-chaussée et l’entresol ; leur clef   est décorée de mascarons   sculptés. L’arcade centrale est le portail   ouvrant sur le porche menant à la cour intérieure.

Les fenêtres décroissantes des 1er et 2e étage sont cintrées, caractéristiques de l’époque Louis XV. La corniche saillante séparant le 1er et le 2e étage repose sur d’élégantes consoles   sculptées encadrant les baies du 1er étage. Les fenêtres sont dotées de garde-corps finement ciselés.

De somptueux décors intérieurs

A l’intérieur, les étages sont desservis par un grand escalier doté de superbes ferronneries. Apparu sous la Régence, le goût pour les petits appartements aménagés à l’entresol s’illustre dans cet hôtel où subsiste un petit salon habillé de boiseries. Ces petites pièces offraient en effet bien plus de confort en hiver.

Au 1er étage, le grand salon conserve de très belles boiseries Louis XV, des peintures de fleurs aux dessus de portes et des glaces surmontées de médaillons et de petits bustes de femmes aux angles. Un petit boudoir décoré de boiseries Louis XVI subsiste également à cet étage. Le second étage présente la même disposition que le premier étage, avec des pièces tendues de tapisseries.

L’hôtel de Sainte-Aldegonde : le portail
©paris-promeneurs

Le prince de Chalais

Le premier propriétaire connu de cet hôtel est Henri Royal, seigneur de Montpellier. En 1722, il loue la demeure à Louis-Jean-Charles de Talleyrand, prince de Chalais et à son épouse, Marie-Françoise de Mortemart. Le prince de Chalais occupe la fonction de gouverneur du Berry à partir de 1737 et décède en 1757.

En 1731, l’hôtel est vendu à Etienne Hallé, seigneur de la Motte Saint-Jean, mais reste loué aux Chalais. Après Etienne Hallé, son fils Etienne-Pierre Hallé d’Airval lui succède comme propriétaire après 1741, et après lui ses deux nièces, Madame Noblet de Romegny et Madame Parlier de Rubelles, toutes deux épouses de conseillers au Parlement. Les Parlier de Rubelles conservent l’hôtel jusqu’en 1816.

Le comte de Sainte-Aldegonde

En 1822, l’hôtel est acquis par M. de Gourgues, conseiller à la Cour des Comptes. Ses héritiers le cèdent en 1852 au comte Gaston de Sainte-Aldegonde, ancien page du roi et pair de France, qui laisse son nom à l’hôtel. En 1890, les héritiers Sainte-Aldegonde vendent la propriété à l’abbé Descours qui y établit l’école Saint-Germain.

Au XXe siècle, l’hôtel a appartenu à Monsieur Larcade, célèbre antiquaire. Puis il fut acquis par M. Jean Serruys, qui mit toute son énergie à redonner toute sa splendeur à cette belle demeure Régence. C’est encore aujourd’hui une propriété privée.

Sources :
Hillairet (Jacques), Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Editions de Minuit, réédition de 1997.
Le Faubourg Saint-Germain, Editions Henri Veyrier, Paris, 1987.


102 rue du Bac -M° Rue du Bac

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin