Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel du Châtelet Le ministère du Travail

L’hôtel du Châtelet Le ministère du Travail


127 rue de Grenelle – M° Invalides

7e arrondissement

L’hôtel du Châtelet abrite aujourd’hui le Ministère du Travail. C’est l’une des plus belles demeures parisiennes construites à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

L’hôtel du Châtelet - Façade sur cour
©croquant

En 1770, les religieux de la communauté des Billettes souhaitent édifier un hôtel particulier sur un terrain leur appartenant afin d’en tirer un revenu locatif.

Ce sont les bénéficiaires du bail emphytéotique, le comte et la comtesse du Châtelet qui choisissent eux-mêmes l’architecte Maturin Cherpitel (1736-1809). De 1770 à 1776, l’architecte fait bâtir l’un des plus somptueux hôtels du faubourg Saint-Germain et l’un des premiers exemples du style Louis XVI.

La façade sur cour est majestueuse et marque le retour à l’antique, déjà amorcé par l’architecte Ange-Jacques Gabriel au Petit Trianon ou dans les hôtels de la place de la Concorde. Elle est centrée sur un portique   colossal soutenu par des colonnes d’ordre corinthien. Au-dessus, la balustrade est surmontée d’un attique   couronné de pots-à-feu. cet étage supérieur en attique   remportera un grand succès en France jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. De chaque côté de la cour, des communs   accueillent cuisines, écuries et remises.

L’hôtel du Châtelet - Façade sur le jardin

La façade sur jardin est considérée comme l’une des plus belles compositions de l’hôtel parisien au XVIIIe siècle. Elle est animée par un avant-corps à pans coupés contrastant avec l’attique   strictement orthogonal au-dessus. Au rez-de-chaussée, les clefs des baies sont sculptées. Seul l’avant-corps présente des baies en plein cintre décorées de feuillages, contrastant avec les baies rectangulaires de la façade.

A l’intérieur, les décors sont éblouissants. La cage d’escalier est rythmée par des pilastres   cannelés et par des niches accueillant des reproductions de statues antiques. Le salon de compagnie, à pans coupés, reçoit des boiseries ivoire et or : pilastres   corinthiens  , cassolettes, cornes d’abondance, arabesques, palmettes   y illustrent le répertoire du retour à l’antique. C’est l’actuel bureau du ministre.

L’hôtel du Châtelet - Le salon de compagnie

La salle à manger, simplement peinte en blanc cassé et ovale, est décorée de guirlandes de fleurs et de pilastres   ioniques ; elle se termine par un hémicycle orné de deux belles fontaines en marbre ornées de dauphins et de feuillages.

Fils de la célèbre Emilie du Châtelet, protectrice de Voltaire, le comte du Châtelet épouse la carrière des armes  , interrompue par un court passage dans la diplomatie (il est ambassadeur à Vienne et à Londres).

Héritant du titre de duc en 1772, lieutenant général puis colonel des gardes-françaises, M. du Châtelet est député de la noblesse aux Etats Généraux convoqués en 1789. Il meurt sur l’échafaud en 1794.

L’hôtel du Châtelet - Le vestibule et l’escalier d’honneur

De 1796 à 1806, l’hôtel abrite l’école des Ponts et Chaussées. Puis il sert de résidence à l’intendant de l’Empereur puis du roi, sous l’Empire et la restauration. Le comte Daru, le duc de Cadore, le comte de Blacas, le comte de Lauriston et le duc de Doudeauville s’y succèdent.

De 1835 à 1848, l’hôtel du Châtelet sert de résidence à l’ambassadeur ottoman, puis brièvement de résidence à l’ambassadeur d’Autriche. En 1849, il est acquis par l’Etat français et il sert d’archevêché. Après la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, il est affecté au ministère du Travail. Il abrite actuellement le ministère du Travail, de l’Emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.

Pour l’architecte Maturin Cherpitel, voir également l’hôtel de Rochechouart, l’hôtel de Damas d’Antigny.

Sources :
- Les architectes parisiens au XVIIIe siècle, Michel Gallet, Mengès, 1995.
- Belles demeures de Paris, Hachette Réalités, 1977.
- Les hôtels particuliers de Paris, Alexandre Gady, Parigramme, 2008.
- Guide du patrimoine Paris, Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1995.


127 rue de Grenelle – M° Invalides

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris