Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel des comédiens ordinaires du roi Le Théâtre Royal

L’hôtel des comédiens ordinaires du roi Le Théâtre Royal


14 rue de l’Ancienne Comédie – M° Odéon

6e arrondissement

L’hôtel des Comédiens ordinaires du roi ou Théâtre Royal est la salle qui accueille la troupe de la Comédie Française de 1689 à 1770.

Le Théâtre Royal - L’ancienne façade du théâtre
©paris-promeneurs

La création de la Comédie Française

La Comédie Française est fondée le 21 octobre 1680 sur ordonnance   royale de Louis XIV. Elle est le fruit de la fusion de la troupe du théâtre de Guénégaud (situé rue Jacques Callot, détruit) et de la troupe de l’hôtel de Bourgogne (voir la tour de Jean sans Peur).

En 1687, les comédiens sont expulsés du théâtre de Guénégaud, jugé trop proche du Collège des Quatre Nations. Ils achètent le jeu de paume de l’Etoile, situé rue des Fossés Saint-Germain-des-Prés (actuelle rue Mazarine).

Un nouveau théâtre

L’architecte François II d’Orbay (1634-1697) est chargé de construire un théâtre de 1.500 places. Louis XIV lui-même donna son agrément pour les plans proposés. La salle est inaugurée le 18 avril 1689. C’est un des premiers théâtres à l’italienne introduits en France. La salle est vert et or, décorée par Joachim Pizzoli. Le plafond peint est l’œuvre de Bon Boullogne (1649-1717).

"L’hôtel des Comédiens ordinaires du roi » prend le nom de Théâtre Royal. La troupe de la Comédie Française y reste jusqu’en 1770.

Les déménagements successifs de la Comédie Française

Par la suite, la Comédie Française occupera plusieurs salles dans Paris :

. La salle des Machines dans le Palais des Tuileries (1770-1782)
. le théâtre de l’Odéon (1782-1793)
. le théâtre Français (de 1799 à aujourd’hui) situé à côté du Palais-Royal.

Une façade mutilée

De l’hôtel des Comédiens ordinaires du roi il subsiste uniquement la façade, malheureusement mutilée, donnant sur la rue de l’Ancienne Comédie. Elle correspond à l’ancienne façade du théâtre et conserve un haut-relief d’Etienne Le Hongre : Minerve trace d’une main ce qu’elle voit dans le miroir de la Vérité.

Pour l’architecte François II d’Orbay, voir également le collège des Quatre Nations, l’église des Prémontrés (démolie).

Source :
- Saint-Germain des Prés et son faubourg, Dominique Leborgne, Parigramme, 2005.


14 rue de l’Ancienne Comédie – M° Odéon

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris