Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel de Melle Duchesnois

L’hôtel de Melle Duchesnois


3 rue de la Tour des Dames – M° Trinité

9e arrondissement

L’hôtel de Melle Duchesnois a été habité par l’une des plus célèbres tragédiennes du début du XIXe siècle : Catherine Raffin dite Melle Duchesnois.

L’hôtel de Melle Duchesnois
©paris-promeneurs

Acquis en 1782 par la famille Grimaldi, l’hôtel de Valentinois s’étend de la rue Saint-Lazare jusqu’à la rue Tour des Dames. Il est embelli et mis au goût du jour par l’architecte Claude-Nicolas Ledoux.

Revendu plusieurs fois, l’hôtel est acquis en 1820 par Jean Lapeyrière, receveur général du département de la Seine. Doté de talents indéniables pour la spéculation immobilière, Lapeyrière va devenir le principal lotisseur du quartier de la Nouvelle-Athènes avec son associé, l’architecte Auguste Constantin.

L’hôtel de Valentinois est démoli et le jardin loti. En 1820, Lapeyrière charge Auguste Constantin de construire le petit hôtel que nous voyons aujourd’hui. Le 14 août 1822, l’hôtel est acheté par Catherine Raffin, dite Melle Duchesnois (1777-1835), sociétaire du Théâtre Français (la future Comédie Française). Desservie par un visage peu avantageux, Melle Duchesnois devient pourtant la rivale de Melle Georges, protégée de Napoléon Bonaparte. Par sa voix et son jeu, elle conquiert le public et excelle dans les tragédies de Racine. En revanche, elle semble passer à côté des grandes œuvres romantiques.

L’hôtel de Melle Duchesnois - Le boudoir

Melle Duchesnois fait aménager son hôtel dans le style néo-classique, inspiré de l’antique. Le seul décor resté intact est un boudoir polychrome, devenu aujourd’hui une chambre à coucher. En 1833, Melle Duchesnois fait ses adieux au public. N’ayant plus les moyens d’entretenir son hôtel, elle le quitte et s’installe à proximité, au n°19 rue La Rochefoucauld où elle meurt le 8 janvier 1835.

L’hôtel de Melle Duchesnois est vendu et passe de main en main avant d’être acquis en 1844 par Zénaïde-Françoise Clary, 2e princesse de Wagram par son mariage avec Napoléon Berthier (1810-1877), fils du maréchal Berthier. A la mort du prince de Wagram en 1887, l’hôtel échoit à sa fille Caroline Berthier de Wagram et à son second mari, le comte Agénor-Marie-Adam Goluchowski, ministre des affaires étrangères d’Autriche.

Ayant connu différents propriétaires depuis cette époque, l’hôtel de Melle Duchesnois est resté privé et ne se visite pas.

La description et l’histoire de l’hôtel de Melle Duchesnois sont détaillées dans la visite guidée de la Nouvelle-Athènes.

Pour l’architecte Claude-Nicolas Ledoux, voir également l’hôtel d’Allwyll, la barrière d’Enfer, la barrière de Chartres, la barrière du Trône, la rotonde de la Villette, l’hôtel Thélusson.

Sources :
- Guide du promeneur 9e arrondissement, Maryse Goldemberg, Parigramme, 1997.
- Paul Jarry, L’hôtel de la Deschesnois, Le Vieux Montmartre, Fascicule n°5, avril 1925.


3 rue de la Tour des Dames – M° Trinité

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris