Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel Bochard de Saron Les éditions Gallimard

L’hôtel Bochard de Saron Les éditions Gallimard


17 rue de l’Université – M° Rue du Bac

7e arrondissement

Agrandi au XVIIIe siècle, cet hôtel conserve le nom de Gaspard Bochart de Saron, 1er président du parlement de Paris, mais également brillant astronome et mathématicien. Les éditions Gallimard y sont installées depuis 1945.

L’hôtel Bochard de Saron : la façade sur cour
©paris-promeneurs

Un hôtel remontant au XVIIe siècle

A l’origine, un simple corps de logis sur rue avec une aile en retour sur cour est bâti en 1639 pour François Lhuillier, maître des comptes et conseiller au parlement de Metz. De 1646 à 1655, l’hôtel est habité par le mémorialiste Tallemant des Réaux.

Les agrandissements au XVIIIe siècle

En 1762, Jean-Baptiste Bochart de Saron (1730-1794), alors propriétaire, décide d’agrandir l’hôtel. Les travaux sont confiés à l’architecte Joseph-Abel Couture et exécutés par le maître maçon Matthias Pasquier.

Un 2e corps de logis est ajouté : placé entre cour et jardin, il est animé côté jardin par un avant-corps à trois pans coupés. Sur les deux façades, le décor de guirlandes au-dessus des fenêtres est caractéristique du style Louis XVI.

L’hôtel Bochard de Saron : la façade sur le jardin
Photographie de Charles Lansiaux

Le mathématicien Jean-Baptiste Bochart de Saron

Issu d’une famille de parlementaires parisiens, Jean-Baptiste Bochart de Saron est un personnage intéressant. Occupant la fonction de 1er Président du Parlement de Paris, il se passionne pour l’astronomie et les mathématiques. Membre de l’Académie des sciences à partir de 1779, il soutient et les travaux des astronomes et n’hésite pas à leur offrir du matériel d’optique. Il possède lui-même un cabinet de physique.

Le président Bochart de Saron a notamment soutenu les travaux de l’astronome Pierre-Simon de Laplace. Hélas, sa condition de grand parlementaire va entraîner sa condamnation à mort pendant la Révolution : il est guillotiné le 20 avril 1794.

Le comte Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

De 1789 à 1792, le comte Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (voir l’hôtel de Saint-Florentin), ancien évêque d’Autun devenu député aux Etats généraux, réside à l’hôtel Bochart de Saron. Anticipant la terreur, il se réfugiera en Angleterre en pleins massacres de septembre 1792. Ce redoutable homme politique traversera tous les régimes successifs et ne sera jamais inquiété.

Sous la Restauration, Jean-François-Aimé Dejean (1749-1824), général de la Révolution française et sénateur du 1er Empire, y réside ; il y meurt le 12 mai 1824.

La richissime Marguerite Wilson

En 1861, Marguerite Wilson (1836-1902), épouse de l’ingénieur-chimiste Eugène Pelouze, s’installe dans l’hôtel Bochard. Son père, Daniel Wilson, chimiste et ingénieur britannique, avait acquis les Forges de Charenton puis les Forges du Creusot. Il fit fortune en créant la société pour l’éclairage de Paris.

En 1864, Marguerite Wilson rachète l’éblouissant château de Chenonceau, l’un des plus beaux château Renaissance du Val de Loire. Elle y fait procéder à d’importants travaux par l’architecte Félix Roguet. A Chenonceau, elle engage un jeune pianiste très prometteur, Claude Debussy, pour compléter son petit orchestre.

Ruinée par une faillite, Marguerite Wilson se sépare du château de Chenonceau en 1888. La propriété est acquise par le Crédit Foncier puis en 1913 par l’industriel du chocolat Henri Menier (voir l’hôtel Henri Menier). Le château appartient toujours aux descendants Menier.

Le pavillon néo-classique au fond de jardin
Photographie de Charles Lansiaux

Le siège des éditions Gallimard

L’hôtel Bochard est racheté en 1945 par les éditions Gallimard. Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger ont fondé cette célèbre maison d’édition en 1911. Depuis 1928, le siège occupe un pavillon situé au fond du jardin de l’hôtel. Aujourd’hui, l’entrée du siège des éditions Gallimard se situe au n°5 rue Sébastien Bottin.

Architecte originaire de Rouen, l’architecte Joseph-Abel Couture a surtout construit en Normandie. Il subsiste plusieurs châteaux de belle facture comptant à son actif : le château de Couvicourt (Eure), le château d’Heudebouville (Eure), le château du Mesnil-Verclives (Eure), le château de Mouflaines (Eure), le château de Grainville (Seine-Maritime), le château de Montigny (Seine-Maritime).

Sources :
- Connaissance du Vieux Paris, Jacques Hillairet, Rivages, 1956.
- Saint-Germain des Prés et son faubourg, Dominique Leborgne, Parigramme, 2005.
- Les architectes parisiens au XVIIIe siècle, Michel Gallet, Mengès, 1995.


17 rue de l’Université – M° Rue du Bac

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris