Pont de paris

Lieux insolites

Accueil > Lieux insolites > Mme Hamelin et Victor Hugo réunis sous le même toit

Mme Hamelin et Victor Hugo réunis sous le même toit


41 rue de la Tour d’Auvergne - M° Pigalle

9e arrondissement

Mme Hamelin, la célèbre « Merveilleuse », et le poète Victor Hugo ont partagé cette très belle demeure située au cœur de la Nouvelle-Athènes.

JPEG - 53.6 ko
Mme Hamelin

Fortunée Hamelin, le plus grand polisson de France

Appartenant à une famille de riche planteurs de Saint-Domingue, Fortunée Lormier-Lagrave (1776-1851) épouse en 1792 Romain Hamelin, le fils d’un fermier-général   enrichi par la fourniture aux Armées de la République et nullement inquiété par la Révolution.

En 1794, Fortunée Hamelin hérite du petit hôtel de Bazin, situé dans le faubourg Poissonnière. Plus connu sous le nom d’hôtel de Bourrienne, cette demeure est occupée par Fortunée et son mari, en alternance avec l’hôtel Hamelin situé 32 rue Taitbout (démoli).

Si elle est qualifiée de « jolie laide » par ses contemporains, Mme Hamelin séduit pourtant par son esprit. Son surnom de « plus grand polisson de France » en dit long sur cette femme qui fait tourner les têtes. Dans le domaine de la Mode comme dans celui des mœurs, elle est avant-gardiste et fait partie de celles que l’on appellera « les Merveilleuses » ou encore « les Incroyables ». Ses amies et rivales sont alors Joséphine de Beauharnais (future épouse de Bonaparte), Mme Tallien et Mme Récamier.

JPEG - 68.4 ko
La maison de Mme Hamelin et de Victor Hugo - La façade sur le jardin
©paris-promeneurs

De nombreuses adresses dans la Nouvelle-Athènes

De 1798 à 1804, le couple Hamelin habite une maison au n°3 rue Chauchat (démolie). De 1804 à 1821, Fortunée Hamelin, qui va se séparer de son mari sans toutefois divorcer, loue la célèbre Folie  -Boursault (démolie), rue Blanche. Exilée un temps à Bruxelles suite aux « 100 jours », complot auquel elle s’est jointe, elle s’installe à partir de 1821 dans le pavillon Richelieu (démoli) au n°37 rue Blanche.

Dans les années 1830, Mme Hamelin se lance dans la spéculation immobilière. Conseillée par son amant, le financier Ouvrard, elle en sort malheureusement quasiment ruinée. A cette époque, elle se lie d’amitié avec l’écrivain Victor Hugo (1800-1885) et son épouse Adèle (1803-1868).

Une ravissante maison du début du XIXe siècle

En 1846, Mme Hamelin se résout à quitter le pavillon Richelieu qu’elle a déjà hypothéqué. Elle s’installe dans une ravissante maison sur les hauteurs de la Nouvelle-Athènes, au n°37 (actuel n° 41) rue de La Tour d’Auvergne. Ce sera sa dernière adresse jusqu’à sa mort en 1851.

JPEG - 75.3 ko
La maison de Mme Hamelin et de Victor Hugo - Le jardin surplombant la cité Charles Godon
©paris-promeneurs

Probablement construite au début du XIXe siècle, cette maison dispose d’un jardin ensoleillé qui surplombe la rue. Bâti en U à la manière des hôtels particuliers, l’édifice comporte dans l’aile Est une rotonde   abritant un très beau salon.

L’installation du couple Hugo

Mme Hamelin n’occupant que l’appartement du rez-de-chaussée, elle propose fin 1848 au couple Hugo, alors à la recherche d’une habitation, de s’installer au 1er étage. Le couple Hugo va y vivre trois ans, organisant des soirées poétiques et musicales très fréquentées.

JPEG - 69.5 ko
La maison de Mme Hamelin et de Victor Hugo - La rotonde d’angle
©paris-promeneurs

L’exil forcé de Victor Hugo

Au lendemain du coup d’Etat fomenté par Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851, Victor Hugo, républicain convaincu, tente d’abord de s’enfuir. Selon la tradition, il se serait d’ailleurs échappé de son domicile, rue de La Tour d’Auvergne, par l’escalier dérobé donnant sur la cité Godon.

Victor Hugo s’exile à Bruxelles puis à Jersey et enfin Guernesey. Il revient vivre à Paris fin 1871 mais ne réside plus à son ancienne adresse. Sa dernière adresse parisienne sera un hôtel particulier (démoli) situé avenue d’Eylau, qui sera rebaptisée avenue Victor Hugo le 28 février 1881, du vivant du grand poète.

La maison où vécurent Mme Hamelin et Victor Hugo est aujourd’hui séparée en appartements. Elle n’est malheureusement pas accessible au public. On l’aperçoit bien de la cité Godon qu’elle surplombe.

JPEG - 70.1 ko
La maison de Mme Hamelin et de Victor Hugo - L’escalier dérobé menant à la cité Charles Godon
©paris-promeneurs

Source :
-  La Nouvelle-Athènes, Haut lieu du Romantisme, sous la direction de Bruno Centorame, Action Artistique de la Ville de Paris, 2001.


41 rue de la Tour d’Auvergne - M° Pigalle

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris