Pont de paris

Architecture moderne et contemporaine

Accueil > Architecture moderne et contemporaine > Les HBM de la rue de Ménilmontant

Les HBM de la rue de Ménilmontant


140 rue de Ménilmontant et rue Hélène Jakubowicz – M° Pyrénées

20e arrondissement

Les HBM   de la rue de Ménilmontant sont le plus grand ensemble de HBM   bâtis à Paris dans l’entre-deux-guerres. Ils ont été réaménagés dans les années 1990 pour mieux les désenclaver et les connecter au quartier.

JPEG - 64.7 ko
Les HBM Rue de Ménilmontant
©paris-promeneurs

L’architecte Louis Bonnier

Louis Bonnier (1856-1946) est architecte voyer de la Ville de Paris à partir de 1884. Au tout début du XXe siècle, il participe à la mise en place d’une réglementation pour le logement social. En 1912, il supervise le 1er concours de HBM   de la Ville de Paris.

En 1913, Bonnier signe les plans d’immeuble « à petits loyers » situé rue des Meuniers. Malgré la modestie des appartements, l’architecte dessine des façades d’une qualité remarquable : il marie un subtil appareillage de brique à des éléments métalliques laissés apparents. L’immeuble de la rue des Meuniers va durablement marquer les esprits et devenir une référence pour les offices de HBM  .

JPEG - 108.3 ko
Les HBM Rue de Ménilmontant
©paris-promeneurs

Les HBM   de la rue de Ménilmontant

A nouveau sollicité par la ville, Bonnier est chargé de construire le plus grand ensemble de HBM   (584 logements) de l’entre-deux-guerres. Les travaux durent de 1922 à 1928.

Le projet n’est pas facile compte tenu du fort dénivelé de la parcelle de 12.000 m2. Autour d’un square central, une trentaine de bâtiments sont construits parallèlement à la rue de Ménilmontant et implantés en peignes pour une bonne circulation de l’air. A l’intérieur, les logements ont l’eau courante et le chauffage.

JPEG - 96.3 ko
Les HBM Rue de Ménilmontant
©paris-promeneurs

La mise en œuvre des bâtiments est très soignée : sur un soubassement en meulière affirmant la solidité de l’ouvrage, les façades de brique s’élancent vers le ciel avec moultes détails de mise en œuvre et des jeux de motifs sur la brique. Ces détails pittoresques, ainsi que le choix du matériau, évoquent l’architecture du Nord de l’Europe.

Malheureusement, l’architecte est tombé dans le piège d’avoir pensé un espace clos : les bâtiments sont cernés de murs et fermés par une grille ! Les habitants s’y sentent retranchés et isolés du reste du quartier. En 1927, le conseil municipal critiquera d’ailleurs la dimension démesurée de l’ensemble et l’absence de mixité sociale.

JPEG - 53.5 ko
Les HBM Rue de Ménilmontant
©paris-promeneurs

C’est un signal d’alarme qui n’empêchera pourtant pas les architectes et urbanistes de réaliser pendant les Trente Glorieuses de grands ensembles avec les problèmes de sécurité et de ghettoïsation bien connus aujourd’hui.

Dans les années 1990, la cité Bonnier fait l’objet d’un réaménagement important dans le but de l’ouvrir sur le quartier. Huit bâtiments sont détruits et la rue Hélène Jakubowicz est ouverte pour mieux relier les immeubles à la ville.

Tous les problèmes ne semblent pour autant pas résolus puisqu’ aujourd’hui, de jeunes dealers font régner leur loi dans la cité Bonnier. Pour les photographes, prière de venir tôt le matin, quand tout ce petit monde dort encore et ne risque pas de vous refouler !

JPEG - 74.2 ko
Les HBM Rue de Ménilmontant
©paris-promeneurs

Pour l’architecte Louis Bonnier, voir également la piscine de la Butte-aux-Cailles, le groupe scolaire rue Sextius Michel, les logements rue des Meuniers.

Sources :
- Guide de l’architecture moderne à Paris, Hervé Martin, Alternatives, 2010.
- Guide d’architecture Paris 1900-2008, Eric Lapierre, Pavillon de l’Arsenal, 2008.
- www.archiwebture.citechaillot.fr/


140 rue de Ménilmontant et rue Hélène Jakubowicz – M° Pyrénées

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris