Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’hôtel de Jarnac

L’hôtel de Jarnac


8 rue Monsieur – M° Saint-François-Xavier

7e arrondissement

Inspiré des villas palladiennes, l’hôtel de Jarnac est un élégant hôtel néo-classique bâti par l’architecte Etienne-François Legrand.

JPEG - 141.8 ko
L’hôtel de Jarnac - La façade sur la cour - Photographie ancienne

Une résidence aristocratique

L’hôtel de Jarnac est un immeuble de rapport bâti en 1784 par l’architecte Etienne-François Legrand à la demande d’un certain Léonard Chapelle. Des dessins de cet hôtel ont d’ailleurs été publiés par Kraft et Ransonnette dans leur célèbre recueil.

Le tout premier locataire est Charles Rosalie de Rohan-Chabot, comte de Jarnac (1740-1813). Ayant épousé la carrière des armes  , le comte de Jarnac occupe divers postes d’officier. En 1789, il est inspecteur de la 15e division de cavalerie des provinces du Poitou, Angoumois, Aunis et Saintonge. Il émigre en Irlande en 1791, puis vit en exil à Londres jusqu’à sa mort.

En 1828, le comte de Villèle, ancien ministre des Finances et président du conseil de Louis XVIII, s’y installe. En 1834, l’hôtel est vendu à Guillaume Dupuytren (1777-1835), chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu. Après lui, sa fille Adelaïde, épouse du comte Napoléon Bonnin de la Bonninière de Beaumont, vend la propriété au prince Pierre Soltykoff.

En 1847, Alix de Montmorency, en fait l’acquisition. Issue d’une des plus anciennes familles de l’aristocratie, son mariage avec Louis de Talleyrand-Périgord en 1829 avait été purement arrangé. Charles X érigea à cette occasion la terre de Valencay en duché en faveur du couple. En 1846, la duchesse de Valencay demandait la séparation de biens de son mari. Elle vécut dans l’hôtel de Jarnac jusqu’à sa mort en 1858.

L’hôtel connaît ensuite plusieurs propriétaires successifs aux XIXe et XXe siècles. C’est toujours une propriété privée.

JPEG - 70.5 ko
L’hôtel de Jarnac - Le grand salon

Un parti architectural original

Sur la rue, l’hôtel se signale par un portail surmonté d’une corniche à redans  . Le mur d’enceinte se prolonge par des pavillons symétriques, dépourvu d’éléments décoratifs et simplement animés par des refends   horizontaux.

De style néo-classique, l’hôtel s’inspire des villas palladiennes par ses proportions, son péristyle   et son toit plat. La façade sur cour est précédée d’un péristyle   ionique comportant 6 colonnes ; le second étage est traité en attique  . La façade sur le jardin est traitée différemment : quatre demi-colonnes ioniques soutiennent un grand fronton incurvé. Ultérieurement, l’entablement   a été entaillé pour agrandir les fenêtres de l’étage.

À l’intérieur, le grand salon présente des décors admirables. Il est rythmé par un alignement de demi-colonnes ioniques soutenant une corniche à modillons  . Face aux trois porte-fenêtres donnant sur le jardin, trois fausses baies en plein cintre sont garnies de glaces. Les dessus-de-porte du salon sont ornés d’allégories   des Quatre Éléments. Entre les colonnes placées sur les murs latéraux, des panneaux ornés d’arabesques sont identiques à ceux de la chambre de parade de l’hôtel de Galiffet. Le même ornemaniste a d’ailleurs conçu les décors des deux hôtels : il s’agit de Jean-Baptiste Boiston.

Pour l’architecte Etienne-François Legrand, voir également l’hôtel de Gallifet.

JPEG - 40 ko
L’hôtel de Jarnac - Le portail sur la rue
©paris-promeneurs

Sources :
- Les Architectes parisiens au XVIIIe siècle, Michel Gallet, Mengès, 1995.
- Belles Demeures de Paris, Hachette réalités, 1977


8 rue Monsieur – M° Saint-François-Xavier

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris