Pont de paris

Lieux insolites

Accueil > Lieux insolites > L’avenue Frochot

L’avenue Frochot


Avenue Frochot – M° Pigalle

9e arrondissement

L’avenue Frochot est une impasse privée du quartier Pigalle qui abrite de beaux hôtels particuliers. Elle fut très prisée par les artistes aux XIXe et XXe siècles.

JPEG - 76.5 ko
L’avenue Frochot
©paris-promeneurs

L’avenue Frochot est ouverte en 1830 : elle relie alors la rue Victor Massé à la place Pigalle (l’entrée côté place Pigalle est maintenant condamnée).

JPEG - 77.7 ko
N° 1 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°1 avenue Frochot : la maison maudite. Ce minuscule hôtel particulier est sans doute le plus pittoresque de l’avenue avec sa façade et ses pinacles néo-gothiques. Son histoire fait frémir. Le compositeur Victor Massé (1822-1884) y vécut de nombreuses années à la fin de sa vie, alité et paralysé par une sclérose en plaque.

Après lui, le directeur des Folies Bergères achète la maison. Sa femme de ménage, à qui il lègue sa fortune, y est sauvagement assassinée à coup de tisons ; son meurtrier ne fut jamais retrouvé. Bien plus tard, la chanteuse Sylvie Vartan en fait l’acquisition mais curieusement, elle s’en débarrasse peu de temps après y avoir emménagé.

JPEG - 100 ko
N° 1 avenue Frochot
©paris-promeneurs

Ensuite, le critique littéraire Matthieu Galey (1934-1986) achète la maison qu’il surnomme « mon tombeau gothique » ; il meurt peu de temps après d’une sclérose latérale amyotrophique. Galey a laissé un intéressant « journal » (1974-1986) où il décrit non sans ironie le monde artistique et politique de son époque.

Enfin, Patrick de Brou de Laurière (1928-2010) en devient le propriétaire. Pianiste virtuose, collectionneur de voitures anciennes et grand mécène, il a laissé un Fond de Dotation qui finance la recherche médicale et fait la promotion de l’Art Thérapie. Dans un documentaire qui lui est consacré, il est filmé dans sa maison parisienne.

JPEG - 77.3 ko
Le n°2bis avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°2bis avenue Frochot. L’auteur dramatique Eugène Brieux (1858-1952) a vécu dans cet hôtel particulier de 1913 à 1932.

JPEG - 64.7 ko
N° 3 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°3 avenue Frochot. Ce bel hôtel particulier a pour jumeau l’hôtel du n°5. Ils furent tous deux construits dans les années 1830-1840 dans le style néo-classique. Leur style s’inspire des villas palladiennes. La célèbre cantatrice Régine Crépin (1927-2007) y vécut jusqu’à sa mort.

JPEG - 98.1 ko
Entrée du n°3 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°5 avenue Frochot. Le romancier et dramaturge Paul Meurice (1820-1905) y habite à partir de 1865. Il y héberge son grand ami l’écrivain Victor Hugo, de retour d’exil à Guernesey en 1870. Il est d’ailleurs l’exécuteur testamentaire d’Hugo et fonde en 1903 le musée Victor Hugo situé place des Vosges.

JPEG - 57 ko
N° 5 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°6 avenue Frochot. Le guitariste Django Reinhardt (1910-1953) a habité ici, comme le rappelle une plaque sur la façade. Le peintre Henri Guinier (1867-1927) eut également son atelier à cette adresse.

JPEG - 55.7 ko
N° 6 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°7 avenue Frochot. Le chef d’orchestre Charles Lamoureux (1834-1899) a vécu dans cette très belle maison.

JPEG - 84.7 ko
N° 7 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°8 avenue Frochot. Cet immeuble en brique a abrité plusieurs ateliers d’artistes.

JPEG - 92.3 ko
N° 8 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N°9 avenue Frochot. Cette maison d’époque Louis-Philippe semble noyée sous la végétation. Sa façade incurvée épouse la forme de la placette située devant.

JPEG - 102.9 ko
N° 9 avenue Frochot
©paris-promeneurs

N° 13 avenue Frochot. Cette maison en brique s’inspire de l’architecture flamande. Elle fut habitée par le peintre Paul Merwart (1855-1902), peintre de la Marine et des Colonies.

JPEG - 65.8 ko
N° 13 avenue Frochot
©paris-promeneurs

D’autres artistes des XIXe et XXe siècles eurent leur atelier ou résidèrent dans l’avenue : le peintre symboliste Gustave Moreau, le peintre Eugène Isabey, le peintre William Haussoulier, le peintre orientaliste Théodore Chassériau, le peintre Vincent Vidal, le peintre Henri de Toulouse-Lautrec, le cinéaste Jean Renoir.

JPEG - 74.7 ko
L’avenue Frochot
©paris-promeneurs

L’avenue Frochot a également inspiré le réalisateur François Truffaut (1932-1984) : il y tourne une scène des « Quatre Cents coups » (1959), sa première collaboration avec celui qui deviendra son acteur fétiche, Jean-Pierre Léaud. Il faut dire que Truffaut est un enfant du quartier. Ses grands-parents Jean et Geneviève de Montferrand ont habité rue Henri-Monnier, et ses parents rue de Navarin (n°33). Dans le film, Antoine Doinel emprunte l’avenue Frochot, que l’on reconnaît très bien à l’écran.

JPEG - 83 ko
N° 13 avenue Frochot
©paris-promeneurs

Fermée par une grille, l’avenue Frochot est très difficilement accessible. Plusieurs personnalités du show-business y résident et souhaitent préserver leur tranquillité.
Le gardien de l’avenue a des consignes très strictes pour n’y laisser entrer personne.

Source :
- Guide du promeneur 9e arrondissement, Maryse Goldemberg, Parigramme, 1995.
- Le parcours imaginaire – 3 juin 2012.


Avenue Frochot – M° Pigalle

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris