Pont de paris

Patrimoine ancien

Accueil > Patrimoine ancien > L’Hôtel d’Evreux Le palais de l’Elysée

L’Hôtel d’Evreux Le palais de l’Elysée


55 rue du faubourg Saint-Honoré – M° Miromesnil

8e arrondissement

L’hôtel d’Evreux, construit pour Louis Henri de La Tour d’Auvergne, est devenu la résidence officielle du président de la République.

JPEG - 23.1 ko
L’Hôtel d’Evreux - Le portail
©paris-promeneurs

Un palais Régence

L’architecte Armand-Claude Mollet, issu d’une dynastie de jardiniers, élève ce palais de style Régence en 1720 pour Louis Henri de La Tour d’Auvergne, comte d’Evreux. L’hôtel est construit dans un nouveau quartier qui s’urbanise au début du XVIIIe siècle : le faubourg Saint-Honoré.

Fermé par un mur et un portail à colonnes ioniques doubles, l’hôtel se présente comme une demeure classique entre cour et jardin. La cour d‘honneur est alors bordée de murs aveugles à arcades. Au fond, la façade du logis s’organise autour d’un avant-corps central. Double en profondeur, le palais comprend un rez-de-chaussée, un étage noble et un étage sous combles.

JPEG - 66.8 ko
Le palais de l’Elysée - La salon Pompadour

Le "style Pompadour"

En 1753, le roi Louis XV achète l’hôtel d’Evreux pour sa favorite, Mme de Pompadour. Celle-ci s’empresse de le faire remanier par son architecte favori, Jean Cailleteau (fils de l’architecte Pierre Cailleteau dit Lassurance), qui venait de construire pour la marquise le château de Bellevue à Meudon.

Passionnée par les Arts, Mme de Pompadour le fait redécorer par les plus grands artistes, tels les peintres Van Loo et Boucher. Les boiseries dorées qui habillent les murs sont l’œuvre du sculpteur ornemaniste Jacques Verberckt ; elles sont caractéristiques du « style Pompadour ». A la mort de la marquise en 1764, Louis XV affecte le palais au logement des ambassadeurs extraordinaires et y montre sa collection de tableaux.

JPEG - 51.3 ko
Le palais de l’Elysée - Façade sur cour

Le financier Nicolas Beaujon

En 1773, le richissime financier Nicolas Beaujon (1718-1786) achète la demeure où il installe ses célèbres collections de tableaux. L’architecte Etienne-Louis Boullée procède à des agrandissements. En 1787, l’architecte Pierre-Adrien Pâris intervient à son tour : il redessine le parc à l’anglaise, selon la mode de l’ époque.

Peu avant sa mort en 1786, Beaujon loue l’hôtel d’Evreux en viager au roi Louis XVI qui souhaite à nouveau y accueillir les ambassadeurs extraordinaires.

La dernière occupante avant la Révolution est Bathilde d’Orléans (1750-1822). Elle est la sœur du duc d’Orléans (surnommé Philippe-Egalité pendant la Révolution) et l’épouse de Louis VI Henri de Bourbon-Condé, 9e et dernier prince de Condé. C’est à cette époque que le palais prend le nom d’"Elysée", en référence à son jardin qui jouxte le jardin des Champs-Elysées.

JPEG - 53.3 ko
Le palais de l’Elysée - Façade sur jardin

Des occupants illustres

Sous le Directoire, le palais est transformé en café-concert et l’on y organise des bals. En 1805, Napoléon 1er échange le palais de l’Elysée, qu’il donne au prince Joachim Murat, son beau-frère, contre l’hôtel Thélusson. De 1805 à 1808, Joachim et Caroline Murat font procèder à la remise en état du palais par Barthélemy Vignon, Etienne-Chérubin Leconte et Jean-Thomas Thibault. Un vestibule et une grande salle de bal sont aménagés dans le style Empire. Une pièce somptueuse, le « salon d’argent », est créée par Caroline Murat.

En 1808, le prince Murat devient roi de Naples et quitte son palais. Napoléon 1er en prend possession et l’occupe jusqu’à la campagne de France en 1814. Après la défaite française, le tsar de Russie Alexandre 1er puis le duc de Wellington le réquisitionnent pour leur propre compte.

JPEG - 50 ko
Le palais de l’Elysée - Le salon d’Argent

La résidence des présidents de la République

Sous la Restauration, le roi Louis XVIII en fait don à son neveu le duc de Berry, qui meurt assassiné le 14 février 1820. Après être resté quasiment inoccupé jusqu’en 1848, l’Elysée est affecté sous la IIe République à la résidence du président de la République.

Sous le Second Empire, Napoléon III fait procéder aux derniers remaniements : les murs aveugles de la cour d’honneur sont remplacés par des ailes basses couvertes de toit-terrasse. L’ancien portail est remplacé par l’actuel porche imitant un arc de triomphe. A la chute de l’Empire, la 3e République en fait définitivement la résidence du président de la République.

Visite du jardin : depuis juin 2014, le jardin est librement accessible le 1er dimanche du mois, de 11h à 19h, l’hiver jusqu’à 17h. L’entrée se fait par la porte du Coq, avenue Gabriel.

Pour l’architecte Armand-Claude Mollet, voir également l’hôtel Bataille de Frances.

Pour l’architecte Etienne-Louis Boulée, voir également l’hôtel Alexandre.

Sources :
- Guide du promeneur 8e arrondissement, Philippe Sorel, Parigramme, 1995.
- Guide du patrimoine Paris, sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Hachette, 1994.


55 rue du faubourg Saint-Honoré – M° Miromesnil

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites du Paris pittoresque
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris