Pont de paris

Architecture moderne et contemporaine

Accueil > Architecture moderne et contemporaine > Le siège du groupe André

Le siège du groupe André


27 quai de Seine – M° Stalingrad Tel : 01 53 26 28 28

19e arrondissement

Installé depuis 1919 avenue de Flandre, le siège du groupe André s’est agrandi en 1991. Son histoire est maintenant associée à celle du groupe Vivarte, 1er groupe français d’habillement actuellement en pleine tourmente.

L’histoire du groupe André est née à Nancy en 1896. Un jeune entrepreneur de 23 ans, Alfred Lévy, rachète la Manufacture nancéienne de Chaussures. Il s’associe avec un homonyme, Jérome Lévy.

Le siège du groupe André : le bâtiment "historique, avenue de Flandre
©paris-promeneurs

L’origine du groupe André

La fabrication de chaussures est encore artisanale à cette époque. Les deux hommes ont compris qu’il était plus judicieux de contrôler l’ensemble de la chaine de production, de la fabrication à la vente en magasin. Ils se lancent dans la chaussure à bas prix.

Le nom « André » n’apparaît qu’en 1904 lorsque les deux associés rachètent deux magasins parisiens portant ce prénom comme enseigne. L’affaire prospère vite : 12 magasins en 1906, 57 en 1914, 135 en 1935.

Pour sa première campagne publicitaire, André fait appel au groupe Publicis qui invente l’inoubliable slogan « André le chausseur sachant chausser ».

Un nouveau siège social

En 1919, les deux associés rachètent un immeuble datant de 1904, situé à l’angle de l’avenue de Flandre et de la rue de Soissons. Le bâtiment, à vocation industrielle, présente deux façades dotées de grandes ouvertures horizontales : grâce à l’emploi d’une charpente métallique recouverte de béton, les vastes surfaces vitrées apportent la lumière nécessaire pour travailler.

L’âge d’or d’André

Pendant les Trente Glorieuses, la production passe de 1,6 million de paires en 1949 à 3,5 millions en 1958. André possède 148 magasins et conquiert même l’avenue des Champs-Elysées.

En 1960, Jean-Louis Descours devient PDG. La marque s’internationalise et ouvre à partir de 1967 des magasins en Belgique, Italie, Canada, puis Allemagne.

Le début des années 1980 marque un tournant. L’entreprise se diversifie dans l’habillement et crée la Halle aux vêtements en 1981, puis la Halle aux chaussures. Le 31 mai 1981, André ouvre son 500e magasin.

Alors que le groupe voit ses ventes de chaussures souffrir de la crise économique, il se lance dans de nombreuses acquisitions dans l’habillement : Caroll, Creeks, Liberto et Kookaï.

Le siège du groupe André : le bâtiment contemporain, quai de Seine
©paris-promeneurs

Agrandissement moderne

En 1991, le groupe André fait appel à l’architecte Stanislas Fiszer pour l’agrandissement de son siège social. Le nouveau bâtiment prolonge l’ancien dans sa partie située rue de Soissons. Puis il s’articule grâce à une rotonde   d’angle avec une longue façade de 140m de longueur sur le quai de Seine.

C’est une architecture qui renoue avec la tradition haussmannienne et épouse le gabarit des immeubles mitoyens. L’architecte a composé de façon contemporaine une façade comportant soubassement, corniche et attique  .

Fiszer réhabilite l’ornementation, à contre-courant des architectes contemporains (à part Bofill bien sûr) : avec des éléments en fonte d’aluminium, il anime bandeaux   horizontaux et corniche moulurée par des motifs contemporains revisitant ceux de la tradition antique.

Le groupe Vivarte

En 2000, Georges Plassat devient président de l’entreprise. Ce brillant homme d’affaire a auparavant occupé le poste de directeur-général de Casino France, puis il a rejoint le groupe Carrefour en 1997, dirigeant la filiale espagnole.

En 2001, le groupe André change de nom et devient Vivarte. Sous l’impulsion de Plassat, le groupe, alors très en difficulté, renoue avec le profit au prix de restructurations.

En 2002, André ne compte plus que 203 magasins mais Vivarte se développe avec l’acquisition de plusieurs marques : Naf Naf, Chevignon, Beryl.

Le siège du groupe André : le bâtiment "historique, avenue de Flandre
©paris-promeneurs

Le rachat du groupe

En 2004, Vivarte est racheté à 55 % par le fond d’investissement PAI Partners, puis revendu en 2006 au fond britannique Charterhouse. Ces achats se font hélas par Leverage Buy Out (LBO), c’est-à-dire avec peu de fonds propres, ce qui fait peser sur l’entreprise une charge financière considérable, les profits étant aspirés par le remboursement de la dette.

Pourtant, les acquisitions s’amplifient : Pataugas, Minelli, San Marina, Cosmoparis, Besson, Merkal, Fosco. Vivarte devient le premier groupe français d’habillement.

Une concurrence féroce

Le groupe doit en plus affronter la concurrence de nouveaux venus qui ont une image plus moderne (H&M, Zara) ou sont plus compétitifs (Kiabi). La restructuration et la cession de plusieurs marques devient inévitable. Georges Plassat quitte Vivarte en 2012 et le groupe va connaître pas moins de 5 PDG en 5 ans !

En 2016, Kookaï, Pataugas et Chevignon sont mise en vente. 147 magasins de la Halle aux Chaussures sont fermés. En janvier 2017, le journal Le Monde annonce que Vivarte met en vente la marque André… mais aucun nom de repreneur n’est donné pour l’instant. La vente du groupe à la découpe semble hélas bien engagée.

Pour l’architecte Stanislas Fiszer, voir également le CARAN.

Sources :
Hoyet (Jean-Michel), L’architecture contemporaine à Paris, Paris, Techniques et architecture, groupe Editions Altedia, 1996
Philipp (Elizabeth), Guide du promeneur 19e arrondissement, Paris, Parigramme, 1994
www.andre.fr/histoire
www.lemonde.fr
www.lsa-conso.fr


27 quai de Seine – M° Stalingrad Tel : 01 53 26 28 28

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris