Pont de paris

Architecture moderne et contemporaine

Accueil > Architecture moderne et contemporaine > Le lycée Camille Sée

Le lycée Camille Sée


11 rue Léon Lhermitte – M° Rue du Commerce

15e arrondissement

Inauguré en 1934, le lycée Camille Sée, dernière œuvre de l’architecte François Le Cœur, fut l’un des bâtiments parisiens de l’entre-deux-guerres les plus salués pour son audace.

Le lycée Camille Sée vu du square Saint-Lambert
©paris-promeneurs

« Ce lycée en béton rose, avec sa chaufferie et ses cuisines au mazout, ses escaliers mécaniques, ses ascenseurs pour les professeurs, ses vastes baies et ses terrasses, sa cour intérieure en sous-sol, son passage souterrain, sera le plus moderne de tous nos lycées ». Telle fut l’éloge écrite par le journal l’Intransigeant le 25 septembre 1934 à propos du lycée Camille Sée.

Le lycée Camille Sée

L’architecte François Le Cœur (1872-1934) signe ici sa dernière œuvre et ce que l’on considère comme son chef d’œuvre. Il y démontre encore une fois toutes les possibilités offertes par le béton et fait preuve d’une grande audace pour construire ce véritable monument scolaire.

A l’emplacement de l’usine à gaz de Vaugirard, l’architecte imagine un bâtiment monumental en béton armé recouvert de granit rose concassé et doté de spectaculaires baies horizontales.

Le lycée Camille Sée : la cour intérieure

Autour d’une vaste cour ouvrant sur le square Saint-Lambert s’organisent trois bâtiments de deux niveaux en sous-sol et cinq niveaux en élévation. Le quatrième bâtiment qui ferme la cour n’est élevé que de deux niveaux afin d’offrir une vue sur le square depuis les classes.

Si le bâtiment peut paraître austère à l’extérieur, il en est tout autrement à l’intérieur. L’entrée des enseignants se fait par une rotonde   vitrée couverte d’une coupole   en pavés de verre ; elle est situé au niveau de la rue et abrite un élégant escalier hélicoïdal. L’entrée des élève se fait par un pavillon situé dans le square Lambert (il est maintenant fermé) qui est relié au lycée par un souterrain : il débouche dans la cour décaissée d’un niveau.

Le lycée Camille Sée : la cour intérieur et son sol dessinant un labyrinthe

A l’intérieur, les classes sont axées sur la cour. Elles communiquent avec de vastes halls ouverts qui servent de cour de récréation. Les sols sont habillés de magnifiques mosaïques aux dessins géométriques, toutes différentes par niveau. La cour du lycée est également recouverte d’une spectaculaire mosaïque dessinant un labyrinthe.

Pour circuler entre les étages, les enseignants disposent d’ascenseurs tandis que les élèves empruntent des escaliers mécaniques, une grande nouveauté pour l’époque. Ceux-ci ont aujourd’hui été supprimés pour des raisons de sécurité. Les bâtiments sont recouverts de toits-terrasse servant aux cours de gymnastique.

Le lycée Camille Sée : l’escalier hélicoïdal dans la rotonde

Encensé par la presse et la critique, cet établissement fera école puisque trois lycées parisiens construits peu après adopteront la même configuration : le lycée Hélène-Boucher (12e), le lycée Jean de La Fontaine (16e) et le lycée Claude Bernard (16e).

Pour l’architecte François Le Cœur, voir également l’hôtel André Fontaine, le central téléphonique Bergère, le central téléphonique rue du Temple et rue des Archives, l’immeuble PTT de la cité Martignac.

Le lycée Camille Sée : hall communiquant averc les salles de classes, recouvert de mosaïque au sol

Source :
Lapierre (Eric), Guide d’architecture Paris 1900-2008, Paris, Pavillon de l’Arsenal, 2008.


11 rue Léon Lhermitte – M° Rue du Commerce

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris