Pont de paris

Architecture moderne et contemporaine

Accueil > Architecture moderne et contemporaine > La reconversion de l’usine Panhard et Levassor

La reconversion de l’usine Panhard et Levassor


19 avenue d’Ivry, rue Regnault, rue Nationale – M° Porte d’Ivry

13e arrondissement

Seuls vestiges des usines Panhard et Levassor de l’avenue d’Ivry, ces bâtiments industriels en brique ont été reconvertis en bureaux et espaces d’accueil par l’agence d’architecture AREP entre 2007 et 2013.

L’entrée de l’usine Panhard et Levassor

Panhard et Levassor, deux pionniers de l’automobile

René Panhard est le premier à s’intéresser à la production de moteur à gaz, associé en 1867 à Jules Perrin. En 1875, Panhard s’associe à un ingénier centralien comme lui, Émile Levassor. En janvier 1891, une automobile conçue par eux réussit un trajet de Paris jusqu’à Versailles puis jusqu’à Etretat.

La même année ouvre la société de création automobile Panhard et Levassor. Ses usines de fabrication sont installées sur plus de 12 hectares, au 16 avenue d’Ivry, à proximité de la porte d’Ivry.

Façade ancienne donnant sur la rue Nationale
©paris-promeneurs

Au tournant du siècle, la marque s’illustre en remportant plusieurs courses automobiles, dont le Paris-Bordeaux-Paris en 1895. La marque se concentre ensuite sur la production de camions et de voitures de luxe. L’architecte Louis Bonnier dessine des modèles très aérodynamiques qui feront le succès de la marque.

Après la Seconde Guerre mondiale, Panhard et Levassor suit l’évolution de la société et se lance dans la production de masse avec des modèles plus légers et abordables comme la Dyna, la PL 17 ou la célèbre Relmax.

Façade à l’angle de l’avenue d’Ivry et de la rue Nationale
©paris-promeneurs

Le rachat de la marque par Citroën

Manquant de moyens financiers, Panhard et Levassor est absorbée en 1967 par Citroën. Très vite, elle ne produit plus que des 2 CV fourgonnette et des véhicules militaires. La fabrication dans l’usine de la porte d’Ivry s’arrête à cette époque.

La reconversion des anciennes usines

La plupart des bâtiments sont démolis à partir de 1967. Seule subsiste une petite partie, occupant la parcelle située entre l’avenue d’Ivry, la rue Nationale et la rue Regnault. Ce sont des volumes en brique et meulière dotés d’une structure métallique.

En 2007, GDG Investissements fait l’acquisition de l’îlot. Le groupe confie à l’agence d’architecture AREP la reconversion des bâtiments. En 2013, la restructuration complète est achevée, portant désormais la surface de bureaux et de locaux à 24.000 m2.

Façade rue Regnault
©paris-promeneurs

Redonner de la verticalité au projet

Les architectes du projet ont souhaité redonner de la verticalité à cette usine à la fois monumentale et horizontale pour mieux affirmer sa présence à côté des tours voisines du Chinatown parisien.

Le bâtiment est agrandi à ses extrémités pour former un bâtiment-ilôt en triangle. La brique – un matériau contemporain – a été utilisée pour s’harmoniser avec le bâti existant.

La reconversion de l’usine Panhard : les plateaux de bureaux

Sur la toiture, deux grands "containers" aux formes industrielles ont été ajoutés. Ils sont habillés d’une double peau semi-transparente en verre et métal perforé, de couleur cuivrée. Ils font ainsi écho aux tuiles des toits à shed   utilisés dans l’architecture industrielle.

La lumière, une composante essentielle du projet

La structure métallique poteaux-poutres a été conservée. Au milieu du bâtiment, un immense atrium central a été créé pour apporter de la lumière. Tout autour, des espaces de travail s’organisent sur 4 niveaux. La lumière est également une composante importante du projet : elle inonde les bureaux grâce aux grandes baies vitrées des façades et des verrières zénithales.

L’ilôt Panhard abrite aujourd’hui 22.000 m2 de bureaux, dont ceux de l’agence AREP, mais également une crèche et un centre d’accueil pour les sans-abris. Clin d’œil au passé industriel, une Dyna X trône au beau milieu du bâtiment.

Les plateaux sous la toiture en shed

Rappelons enfin que la présence du quartier chinois n’est pas tout à fait étrangère à l’histoire de cette usine : après la 1ère Guerre mondiale, de nombreux chinois sont venus travailler à Paris comme ouvrier de l’usine Panhard et Levassor.

Sources :
- www.batiactu.com
- Guide du promeneur 13e arrondissement, Gilles-Antoine Langlois, Parigramme, 1996

Le bâtiment vu de la rue Nationale
©paris-promeneurs

19 avenue d’Ivry, rue Regnault, rue Nationale – M° Porte d’Ivry

VISITES GUIDéES
EN GROUPE

Découvrez toutes les visites, les  tarifs et comment réserver.

Visites historiques
Visites insolites
Visites des villages de Paris
Visites architecturales
Visites de jardin
Visites dans le Grand Paris